O'clock

O'clock

  • IT / Digital, Vzdělávání, Školení / Odborná příprava
  • Paris, Télétravail
  • Navštívit stránku

Dario Spagnolo, CEO, 36 ans, est tombé dans la marmite du numérique à l'âge de 7 ans. Au cours de ses multiples expériences entrepreneuriales (Moon Websites, Open du Web, 3W Academy et WebForce3) il a été confronté directement à la pénurie de compétences dans le numérique et a souhaité apporter une réponse à la fois concrète et innovante. Il se lève tous les matins en se demandant bien quelles nouvelles statistiques il pourrait élaborer dans la journée. Il déteste les pulls en laine, les câbles mal rangés et les opportunistes qui surfent sur le malheur des gens. Quand il est fatigué, il code pour se reposer. On le surnomme le bouclé, le chevelu ou encore la bouclette du peuple.

Fanny, 32 ans, est helper chez O’clock. Après avoir passé 7 ans dans l’industrie en tant qu’ingénieur, elle a souhaité se réorienter dans le développement web. Elle a ainsi suivi la formation O’clock en 2019, avant de rejoindre l’équipe en 2020, en tant qu’assistante pédagogique technique, puis en 2021 elle est devenue tutrice pédagogique, poste qu’on appelle entre nous helper. On peut dire qu’elle connaît O’clock comme sa poche ! Sur son temps libre, elle pilote des avions. Et non, c’est pas une blague.

Anthony, 30 ans, est co-fondateur de l’école O’clock. Le parcours d’Anthony est comme un appartement parisien de 6 mètres carrés avec les WC sur le palier : « atypique ». À 20 ans, il occupait une des fonctions les plus détestées de France : démarcheur téléphonique. Jusqu’au jour où, au détour d’un repas qui s’avérait être entretien d’embauche avec une salade de chèvre chaud en plus, il obtint un poste dont il ignorait tout : concepteur-rédacteur. Depuis, Anthony a travaillé dans une agence web, puis co-fondé un site de rencontre. C’est en 2016 qu’il co-fonda l’école O’clock dans laquelle il occupe le poste de directeur de la communication, en télétravail, depuis Royan.

Olivier, développeur depuis 2017 et papa d’une choupette de 4 ans a rejoint l’équipe O’clock en 2019. Cet amoureux de la nature est aussi un véritable passionné de l’électronique et plus généralement, de l’univers du DIY. Depuis toujours, il aime créer ses propres “bidules”.

Sa curiosité l’a poussé à s’intéresser à la programmation de logiciels et de sites web. Ancien moniteur scout, accompagnateur sportif et désormais papa, il s’est toujours intéressé la transmission de son savoir autant aux enfants qu’aux adultes et à la pédagogie sous toutes ses formes.

C’est dans cette logique qu’il est devenu formateur de futurs développeurs web.

Vincent, 25 ans est assistant des admissions à l’école O'clock depuis 2019. Après un passage en service civique où il a accompagné des jeunes des quartiers populaires de sa ville, il a été animateur radio pour mettre en avant l’engagement associatif qui lui tient à cœur.

C’est sans grande surprise qu’il a décidé de rejoindre l’équipe O’clock pour aider les futurs apprenants dans leurs projets professionnels. En 100% télétravail, mais jamais seul, il est toujours avec son berger blanc suisse de 3 ans qui, pour son plus grand bonheur, a toujours son maître avec lui.

Et surtout, c'est un grand fan de l'univers Star Wars. Que la force soit avec toi Vincent.

Christophe à 47 ans et est arrivé chez O’clock en août 2020. Il est aujourd’hui Directeur des opérations, aka COO. Il est passé par le poste de Directeur des Ressources Humaines, aka DRH, et a aussi endossé le rôle de Directeur Administratif et Financier, aka DAF, d’où son surnom “DAF Punk”, qu’il a toujours aujourd’hui (le poste et le surnom). Après avoir arpenté les missions locales pendant plus de 20 ans, ce papa amateur de percussions cubaines, aka congas, a également travaillé pour la Grande Ecole du Numérique au Ministère de l’Économie et de la Finance pendant plusieurs années.

Présentation

O'clock est la première école de développement web en téléprésentiel.

Depuis 2017, l'école O'clock permet à des étudiants de tout âge et venant de tous horizons pros de se reconvertir au métier de développeur. Comment ? En suivant tout un programme via nos salles de classes virtuelles dans lesquelles nos formateurs animent des cours en direct-vidéo.

Depuis ces salles de classe, les étudiants peuvent suivre et participer aux différents cours, échanger entre eux et avec les formateurs. Ils sont encadrés constamment : pendant les cours mais aussi après, pendant la période de challenge et d’exercices et même pour trouver un emploi après la formation. Bref, une véritable école en temps-réel et à temps-plein, accessible en chaussons et à distance !

Ce qu'ils recherchent

Les qualités que l’école O’clock cherche chez les candidats différent selon le poste à pourvoir, bien évidemment. Mais de manière générale, O’clock n’est pas à la recherche d’une somme de qualificatifs tout droit sortis d’une lettre de motivation convenue.

Peu importe le poste, l’école O’clock est en quête de perles qui ont un côté troglodyte (O’clock est en télétravail) le goût d’apprendre sans cesse et surtout : la capacité d'empathie Il ne faut surtout pas perdre de vue l’objectif commun à toute l’équipe. Que l’on soit à la com’, aux admissions, à la pédagogie : la somme des efforts fournis au quotidien n’a pas pour autre objectif que de permettre aux étudiants de réussir.

(Et là, sur cette belle phrase, il devrait y avoir un Mic Drop mais à l’écrit ça rend pas pareil)

Bon à savoir

4 trucs à savoir :

  • Quelque soit le problème que vous rencontrerez dans votre journée : un bug qui vous prend la tête où même vos œufs du matin qui ont cramé au fond de la poêle, dites-vous une seule chose : tout est entièrement de la faute de Dario, le président.
  • Chaque salarié qui intègre l’école O’clock se doit d'intégrer le "coefficient O'clock" à chaque fois qu’il est convié à une réunion. On s’explique : Si on vous annonce une réunion de 5 minutes : prévoyez 1h. Si on vous annonce une réunion de 1h : tablez sur 4. Et si on vous annonce une réunion de deux heures, allez tout de suite faire un bisou à vos proches parce que vous n’allez pas les revoir tout de suite.
  • Tous les vendredi, les salariés se saluent sur Slack en se disant “Mariska Hargitay”. Ne nous demandez pas pourquoi. On en sait rien du tout. On ne sait ni ce que ça veut dire, ni pourquoi c'est le vendredi. En clair, on sait pas ce que c'est mais on le fait quand même.
  • On n’a pas trop d’idée pour le point 4. On met ce manque de créativité sur le dos de Dario. Pratique hein ?

Intégrer ce profil sur votre site

to_validate : société à valider, visible de tous mais non indexée