4 idées de signalétiques créatives pour les entreprises en manque d'inspiration

Covid-19 : 4 idées de signalétiques créatives en entreprise

On l’a vu avec la création de masques DIY, les parodies de chansons sur le coronavirus ou encore les défis artistiques sur les réseaux sociaux (comme le #GettyMuseumChallenge) ; la crise sanitaire s’est révélée être une période propice à la créativité. Les entreprises ont, elles aussi, dû faire preuve d’inventivité pour déployer le télétravail à grande échelle, assurer la continuité de leur activité, poursuivre la formation à distance de leurs collaborateurs… Autant d’enjeux nouveaux auxquels il a fallu répondre de manière innovante et ce, en un temps record. Récemment, le retour des collaborateurs sur leur lieu de travail a de nouveau fait appel à l’imagination des employeurs : comment favoriser le respect des gestes barrières ? Certains ont misé sur une signalétique Covid-19 décalée et originale. Un bon moyen de redonner le sourire aux salariés tout en les aidant à adopter les bons réflexes.

Vous cherchez des inspirations ? Petite sélection des 4 meilleures signalétiques COVID en entreprise

La formule humoristique

image

En matière de créativité, l’agence de pub Rosapark s’y connaît puisque c’est son coeur de métier. C’est elle qui est derrière les célèbres calembours et autres jeux de mots que l’on retrouve sur les packagings Monoprix, et qui nous donneraient (presque) envie d’acheter des haricots blancs ou du boudin noir ! Dans le même esprit que ces accroches amusantes qui visent à rendre les « messages du quotidien moins quotidiens », l’agence a voulu ajouter un brin de dérision à sa signalétique covid, présente un peu partout dans ses bureaux. Un bon exercice d’imagination pour ses talents internes qui, au passage, renforce la cohésion d’équipe ainsi que son image d’agence feel good et foncièrement créative.

D’après Lauren Weber-Staricky, Directrice de la Communication chez Rosapark : « Lors du retour au travail des collaborateurs, on sortait d’une période particulièrement stressante et on ne voulait pas reprendre les mêmes messages de prévention anxiogènes que l’on pouvait voir dans la rue ou à la télévision. On s’est dit que l’humour était un excellent moyen de relâcher un peu la pression tout en attirant l’attention de nos collaborateurs sur les gestes barrières, et en créant une connivence avec l’entreprise. » L’agence s’est donc prise au jeu de détourner de manière humoristique la signalétique Covid. Un défi de com’ interne que tout le monde a pris très au sérieux, puisque comme l’explique Lauren : « une équipe de 6 personnes a travaillé sur le sujet, avec le même niveau d’exigence que pour un brief client. » Pari réussi : Les posts avec les photos des signalétiques ont été vus plus de 70 000 fois sur Linkedin ! « C’était une bonne surprise ; on ne s’attendait pas à ce que cette campagne interne devienne aussi virale! Cela prouve que les salariés sont en demande de ce type d’initiatives, à la fois incitatives et amusantes » précise Lauren.

Parmi les meilleures trouvailles on retiendra :« Ici c’est 6 personnes max. On fera plus de chouquettes par personne », « Quand on se lave les mains, on chante le premier couplet de DjaDja », « L’ascenseur c’est 2 par 2, les escaliers c’est 4 par 4 » , « Cette place est réservée à Beyoncé » ou encore « Lavez-vous les mains avec les pieds » (pour faire référence au distributeur de gel à pédale). Enfin, le message global de la campagne est parfaitement résumé dans la formule très habillement trouvée : « Chez Rosapark on ne se serre pas la main, mais on se serre les coudes ».

image
@Athina Perroux, Rosapark

Des « piscines » sur les rooftops

image

@Direct Assurance LinkedIn

Les agences de pub ne sont pas les seules qui s’amusent à détourner les messages de prévention liés au coronavirus pour égayer la vie dans les locaux et favoriser l’adoption des gestes barrières. C’est le cas aussi de l’entreprise d’assurance Direct Assurance, filiale du groupe Axa, qui a personnalisé son kit «spécial covid » fourni à chaque collaborateur à son retour au bureau. Ce dernier, baptisé « Kit à se retrouver, soyons bien équipés », comportait : une bouteille de gel hydroalcoolique dont « l’abus est bon pour la santé », un tube de crème hydratante parce-que « vos mains le valent bien », sans oublier des masques, même si « on finira bien par être démasqués ». De plus, pour rappeler les règles de distanciation sociale sur les rooftops et terraces des bureaux, l’entreprise a placé des adhésifs en forme de bouées de sauvetage autour de grandes « piscines » dans lesquelles « il y a interdiction de plonger ». Une bonne astuce pour transformer une contrainte en installation ludique, où chacun est incité à « nager » à 1 mètre de distance de l’autre.

image
@Direct Assurance LinkedIn

Un kit d’outils « nudge » pour adopter les bons gestes

image

L’Armée du Salut pour sa part s’est associée au cabinet de conseil Planète Nudge pour créer un kit d’outils « nudge » gratuit, accessible à tous et destiné à ce que les gestes barrières soient naturellement adoptés au sein des bureaux. Les entreprises utilisatrices du kit sont encouragées à financer l’achat de masques en tissus pour les résidents de l’Armée du Salut.

Le « nudge » (synonyme de « coup de pouce » en français) est une méthodologie qui vise à influencer l’adoption de comportements citoyens, de façon douce et non culpabilisante. Pour y parvenir, le kit fait appel à nos réflexes automatiques et intuitifs. Comme l’explique Sébastien Mérigout, fondateur de Planète Nudge, sur le site de l’Armée du Salut : « la première étape consiste à ce que chacun prenne conscience de la multitude d’objets que nous touchons au travail : poignées de portes, de tiroirs, verrous, boutons d’ascenseur, de photocopieurs (…) autant de vecteurs possibles de contamination ». La solution consiste à offrir une alternative à l’utilisation de la main en détournant de leur usage les tours de cou ou pinces permettant par exemple d‘accrocher un badge. Une série d‘adhésifs a aussi été conçue, pour une pose partout où l’un des gestes barrières est nécessaire. Pour une appropriation plus simple, les gestes recommandés sont issus de la culture pop (« liker », faire un « OK », le « Pchiiit » ou un dab …). Malin, non ?

image
@Planète Nudge

Le détournement de chansons populaires

image
@Clockwise Offices LinkedIn

Ailleurs dans le monde, on trouve également des exemples d’entreprises qui se creusent les méninges pour proposer des signalétiques tout aussi percutantes, surprenantes et divertissantes. C’est le cas de Clockwise Offices, une entreprise écossaise de location d’espaces de bureau, qui à créé une série de posters inspirés de sa playlist musicale. De Bonnie Tyler en passant par Queen, Police, les Spice Girls ou Alanis Morissette ; les accroches directement tirées de paroles de chansons populaires font mouche. On aime tout particulièrement celles-ci : « We will, we will, wash you! », « Don’t stand, don’t stand, don’t stand too close to me » et « Can’t touch this ».

On pourrait se prêter au même exercice avec des chansons populaires françaises. On pense d’emblée à : « Laisse pas traîner ton masque » ou « Je marche seul ! En gardant 2 mètres de distance. » ou « Non, rien de rien! Non, je ne touche rien ». Alors inspiré.e.s ?

Crédit photo de Une : @Athina Perroux, Rosapark

Vous voulez transformer l'expérience au travail ?

Découvrez les produits Welcome to the Jungle !
En savoir plus

Claire Kadjar

Editor

  • Ajouter aux favoris
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Linkedin

Aménager

Toutes les idées pour aménager ses espaces de travail.

Suivez-nous !

Chaque semaine dans votre boite mail, un condensé de conseils et de nouvelles entreprises qui recrutent.

Vous pouvez vous désabonner à tout moment. On n'est pas susceptibles, promis. Pour en savoir plus sur notre politique de protection des données, cliquez-ici

Et sur nos réseaux sociaux :