Les news pour briller à la machine à café le 30 avril 2020

Les news pour briller à la machine à café le 30 avril 2020

Parce qu’on sait à quel point le confinement lié à la crise du coronavirus bouscule notre quotidien et qu’il est difficile de s’y retrouver dans toute l’information que nous consommons et les ouï-dire, la rédaction de Welcome to the Jungle vous livre chaque semaine les dernières actualités chaudes du monde du travail, quelque peu bouleversé. Et n’oubliez pas de prendre soin de vous !

7,1%, hausse record des demandeurs d’emploi en mars

Les chiffres du chômage du mois de mars sont finalement tombés, et comme nous l’avions pressenti, ils ne sont pas bons… Les conséquences économiques de la crise du coronavirus commencent à se faire sentir sur le marché de l’emploi avec notamment la publication le 27 avril des derniers chiffres du chômage. Pour le seul mois de mars, Pôle Emploi a enregistré 246 100 nouveaux demandeurs d’emploi, soit une augmentation de 7,1%, un record historique ! En ce qui concerne le premier trimestre de l’année, le nombre de demandeurs d’emploi en catégorie A (sans aucune activité) a augmenté de 0,7% “seulemen”, passant à 3 576 400 personnes dans tous les départements et régions d’Outre-mer, mais ce chiffre masque toutefois la réalité du confinement dans la mesure où les premiers mois de 2020 sont également compris dans ce résultat.

À noter tout de même que l’augmentation du nombre de demandeurs d’emploi est avant tout due à un ralentissement quasi total des embauches et non à une vague de licenciements, précise le ministère du Travail. À voir ce qu’il va advenir des 10,8 millions de Français actuellement au chômage partiel…

Ce qui change le 1er mai pour les salariés en arrêt de travail

Le 1er mai, toutes les personnes disposant d’un arrêt de travail parce que dans l’impossibilité de conjuguer travail et garde des enfants, mais aussi toutes celles à la santé fragile ou vivant avec une personne vulnérable vont basculer dans le régime du chômage partiel. Pourquoi ce changement ? Selon le ministère du Travail, cette mesure a été mise en place pour limiter la baisse des revenus des ménages concernés. En effet, si l’arrêt de travail pour garde d’enfant ou vulnérabilité est plus généreux au départ avec une indemnité de 90% du salaire net contre 84% pour le chômage partiel (hors revenus complémentaires accordés par l’entreprise), les revenus tombent à 66% des revenus net au bout d’un mois. Avec ce changement de régime, les deux millions de salariés en arrêt maladie vont ainsi gagner un peu plus, voire pouvoir récupérer la totalité de leur salaire pour ceux qui touchent le SMIC.

Bonne nouvelle, le salarié n’a pas de démarches particulières à effectuer : pour basculer dans le régime de chômage partiel, il doit simplement transmettre à son employeur un justificatif indiquant son obligation de garde d’enfant ou de vulnérabilité. De son côté, l’entreprise devra se connecter sur la plateforme Direccte dédiée à partir du 1er mai et ce dans un délai de 30 jours. Et si certaines structures ne peuvent pas avoir recours au dispositif de chômage partiel, une case dédiée à la garde d’enfant sera bientôt ajoutée au site.

Maintien du télétravail et réaménagement des horaires après le 11 mai

Les télétravailleurs confinés n’en ont pas fini avec les réunions en visio ! Dans sa présentation du plan de déconfinement devant l’Assemblée Nationale le 28 avril, le Premier ministre a été très clair : après le 11 mai, « le télétravail doit être maintenu partout où c’est possible (…), au moins dans les trois prochaines semaines. » Le gouvernement estime que cette mesure est nécessaire pour limiter au maximum l’affluence dans les transports en commun et dans les lieux de travail clos.

Pour ceux qui sont dans l’impossibilité d’exercer à distance, Édouard Philippe préconise « la pratique des horaires décalés dans l’entreprise » pour « étaler les flux de salariés dans les transports et diminuer la présence simultanée des salariés dans un même espace de travail. » Il encourage ainsi les entreprises à soigner au mieux le retour de leurs employés en réorganisant les emplois du temps, mais aussi les espaces de travail de la manière la plus responsable qui soit.

Le moral des ménages français en chute libre

Les ménages français vont mal. L’indice de confiance des ménage créé en 1972 par l’Insee n’a en effet jamais connu de dégringolade plus spectaculaire que celle enregistrée entre le 27 mars et le 18 avril 2020. Selon les chiffres publiés le 28 avril, c’est l’indice de confiance des familles française qui enregistre la chute la plus importante depuis la mise en places du confinement. Mécontents, inquiets, anxieux… Les Français sont à crans en cette période de crise inédite ! Dans le classement des préoccupations, la crainte face à l’évolution du chômage domine largement. Cette inquiétude atteint même « un niveau inégalé depuis juillet 2015 », souligne l’Insee. Malheureusement, les Français ne devraient pas être soulagés de sitôt au vu des chiffres récemment publié par Pôle Emploi. Encore un score historique dont on se serait bien passé…

Suivez Welcome to the Jungle sur Facebook, LinkedIn et Instagram ou abonnez-vous à notre newsletter  pour recevoir, chaque jour, nos derniers articles !

Photo d’illustration by WTTJ

Elise Assibat

Journaliste - Welcome to the Jungle

  • Ajouter aux favoris
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Linkedin

Pour aller plus loin

Les derniers articles

Suivez-nous !

Chaque semaine dans votre boite mail, un condensé de conseils et de nouvelles entreprises qui recrutent.

Vous pouvez vous désabonner à tout moment. On n'est pas susceptibles, promis. Pour en savoir plus sur notre politique de protection des données, cliquez-ici

Et sur nos réseaux sociaux :